webleads-tracker

La “Hacker Way” ou l’agilité selon Facebook

  • Par : Fabien - Directeur des Projets
  • Posté le : 14 jan 2013

Au début de l’année passée, Mark Zuckerberg exposait dans une lettre aux investisseurs, la culture d’entreprise de Facebook, ce qu’ils appellent la « Hacker Way ».  Cette culture du Hack consiste à se doter d’une agilité extrême pour proposer très rapidement des optimisations successives et de nouvelles fonctionnalités.

Pour Facebook, il vaut mieux mettre à disposition des internautes quelque chose d’imparfait rapidement que quelque chose de parfait trop tard. Sur les murs des locaux de Facebook on peut lire : « Done is better than perfect » ou encore « Move fast and break things ».

Il s’agit aussi de confronter ses idées au réel pour les valider. Dans cette optique, Facebook teste sans cesse de nouvelles fonctionnalités auprès d’un faible pourcentage d’utilisateurs. Par exemple  la fonction  sur mobile  Find Friends Nearby   a été testée puis supprimée. Elle était issue d’un Hackathon et permettait de trouver des amis effectifs ou potentiels à proximité.

Cette culture de l’agilité et du « Test & Learn » est  assurément un modèle à suivre dans un univers digital évoluant très rapidement.

Néanmoins,  en observant certaines initiatives du réseau social l’année dernière, il apparaît qu’il n’est pas toujours possible de tester sur un faible échantillon avant de déployer à plus grande échelle. Et dans ce cas, la culture du Hacker est synonyme de prise de risque, pas toujours couronnée de succès pour Facebook:

  • Lancement de l’application mobile Poke, développée en 12 jours, et dont l’arrivée a surtout provoqué une hausse des téléchargements de l’application SnapChat sur laquelle elle était calquée.
  • Un service de vœux  pour la nouvelle année comportant une faille majeure de confidentialité, corrigée in extremis.
  • Une application mobile de photo, lancée par Facebook alors même qu’Instagram était racheté. Elle n’a jamais trouvé son public.

D’après les dirigeants de Facebook cette prise de risque est indispensable car il n’y a pas plus grand risque pour eux que l’immobilisme dans un univers mouvant.

Certains tests menés en 2012 pourraient d’ailleurs être transformés en 2013 et s’avérer décisifs dans la poursuite des objectifs business de Facebook :

  • Déploiement de Facebook Gifts à l’échelle internationale. Pas les petits cadeaux virtuels, mais la Marketplace de Social Shopping lancée en Septembre dernier aux Etats-Unis avec des partenaires comme Starbucks, iTunes, Gap, Lindt, ou L’Occitane. La réplique d’Amazon semble donner quelque crédit à cette initiative.
  • Mise en place d’un réseau publicitaire en dehors des supports propriétaires de Facebook. Un réseau similaire à Google AdSense mais disposant des capacités de ciblage avancées offertes par les données personnelles de Facebook et le Facebook AdExchange. Un réseau qui permettrait de limiter le développement de nouveaux formats publicitaires parfois jugés intrusifs sur facebook.com et l’application mobile Facebook (Sponsored Stories, Suggested Post…). Suite aux tests menés notamment avec Zynga en 2012, Facebook se lancera sans doute en 2013, peut-être en rachetant la plateforme publicitaire Atlas de Microsoft.

Après une année 2012 compliquée pour le réseau social, 2013 sera peut-être l’année qui verra Facebook convaincre ses investisseurs, en affrontant Amazon et Google sur leurs propres terrains. Cela réclamera assurément de l’agilité.

 

 

 

Comments are closed.

 

© RAPP FRANCE - 2011 | 2012